Esprits écorchés

.

.

L’appel du lointain
Soudain, l’inimaginable
Le mot de trop qui écorche l’oreille
Comme un perroquet codéiné.

L’inconcevable défaut de la vie
Donc le fil vous rappelle à l’ordre
En une demi-seconde,

Entre plexus et nuage
À l’abordage
Plus personne ne raisonne
Plus de son ne résonne.

Le temps n’a jamais existé,
Mais vous l’avez cru
Comme le reflet d’un miroir.
Souriant.
Vivant.

.

.


.

.

Tornade dégoupillée
Pas le temps pour les mots,
Même salés.
Au bord de la souffrance
Le reproche n’en peut plus.
Face à l’impossible
Soi
Perdre le mal, par le mal.