Esprits

 mmm

mmm

Rupture

La terre sacrée
Tourne en silence.
Attend entre deux remous
La fin du point de non retour.

La terre sacrée
Sent la survivance.
N’attend plus rien de l’humain
Que la fin de son désamour.

La terre sacrée
A rangé tout espoir.
Rupture consommée,
Le Beau et ses déboires.

mmm

mmm


mmm

mm

Esprit de la mère
Qui se mire
Dans un reflet de lune.
Aucune vision trouble
Chez les Nez percés
Quand la poudre vint
Semer la terreur
Chez les fils du ciel.

Esprit de la terre
Qui se meurt
Dans un reflet de tunes.
Aucune vision double
Chez les Nez dépecés
Quand le pétrole vint
Semer l’erreur
Chez les petits-fils du ciel.

Quel que soit le vent,
Les rochers resteront debout
Dans le cœur et l’esprit
Des survivants.

mmm

mmm


mmm

mmm

L’horizon ne supporte aucune frontière
L’esprit ne supporte aucune barrière.

Où pourrais-je bien errer
Avec mon troisième hémisphère ?

mmm

mmm


mmm

mm

Le sillon attend son heure
Quand les décervelés en transe
Piqueront leur colère
Pour déshabiller leur moi
D’une peur aux abois.

mmm


mmm

mmm

Dans le miroir du soir
Les ombres sont libres
Et ne sont que reflets.
Les sillons du front
Affichent l’étonnement renouvelé.
Éternel, comme le regard du déni
Que seul le chat ressent.
Mais le moi est plusieurs
Et le silence du rebelle
Joue aux indiens
Dépouillés de leurs rêves.

mmm

mmm


mmm

mmm

L’esprit monte l’escalier
Ne redescend jamais,
Quelque torve soit la folie
Qui aspire le même air.

mmm

mmm


mmm

mmm

La poésie n’est esprit
Que pour que ceux
Qui ne savent pas lire.
Les chemins de la liberté
Peuvent rester intacts.

mmm

mmm

Esprits © 2016-17
Texte protégé, reproduction interdite.