Jungle humaine III

 

.

La terre rétrécie
Qui suit notre esprit.

C’est quoi être humain ?
Sinon vaquer à son ego.

Chaque bout de terrain
Finit en oripeaux.

Quelle infamie délétère
De mettre un arbre à terre.
Mais le béton trépigne,
Le con a besoin d’un parking
Pour sa caisse polluante
Dans laquelle il joue le king.
Quelle défaite insolente !

.

.


.

.

Imitation défaillante,
pollution mentale ;
La Nature a des lois mais
celles de ses conscients
est la plus violente
qui soit.
Fatale.

.


.

.

Vibrations en suspens
Ondes éphémères,
Sous le choc du rêve
L’artiste espère
Sa provocation.

.

.


.

.

Cœur percé de merde
Aux confins de la Pointe
L’aménagement te met au défi
D’applaudir par mégarde.

L’illusion du confort
Où l’absurde qui suinte
Aménage ton avenir visuel
Douloureusement hors champ
Hors chant du beau.

.

 


 

Jungle humaine III © mai 2018