Le silence des coquillages

fff

fff

L’oreille prête son rêve à l’attente,
Collée à ce coquillage aussi creux
Qu’un rouleau de vague.

fff

fff

fff

fff

 

Ô mer de fortune
Vit, lèche, s’étale ;
Aucune rancune
À l’horizon de nos failles.
Bruits de guerres
Ou paix des armes,
Sous la mer
Tout est calme.

fff

fff

fff

fff

fff

La langue des silencieux
S’écrit dans les grains de sable
La politesse du vent
Pour toute fortune
Aimable.

fff

fff

fff

fff

fff

La mémoire
Des gens biens
Qui ne devraient jamais partir.
Le manque dans lequel
Ils laissent notre cœur,
Aux confluents du désir
Et de la peur.

fff

fff

fff

fff

fff

Partir en vrille
Dans une mer intérim.
S’abîmer en mer d’iris
Où le vin est sublime
Mais où la faiblesse
Est si juste
.

fff

fff

fff

fff

fff

Le silence ne dira jamais rien
C’est son métier.
Une notion qui arrange bien
Les âmes qui rêvent d’oublier.

fff

fff

fff

ffffff

Le temps d’une vague
J’ai cru te voir.
Le temps de te parler
Seul, le ressac m’a répondu.

fff

fff

fff

fff

ffffff

Guillevic vint et dit
De rocs en dolmens
La Bretagne du non-dit
Sous la pierre, la peine.

fff

fff

Le silence des coquillages © 2013-2014
Textes protégés, reproduction interdite.