(L’épaisseur du) Vide

ssssss

ssssss

Épaisseur instable
Sans l’ombre d’un vide ;
L’âge de la question
Qui retient la vie.

ssssss

ssssss


ssssss

ssssss

Chemin de traverse
Verse son chemin.
Main dans l’encre
Maintes fois tendue
Dans l’aube invaincue,
La sente imbibée
D’un vécu menu,
Mais si dense
Que sur le destin
Qui mène à la potence
On danse, on danse.

sssss

sssss


sssss

ssssss

Ce n’est pas toi qui penses,
C’est le mur qui prêche
Ce n’est pas toi qui écris,
C’est la plume qui se cherche ;
Ce n’est pas toi qui cries
C’est ta conscience qui sèche ;
Ce n’est pas toi qui panse,
Mais la Terre qui périt.

Ce n’est pas moi qui pense,
C’est l’oiseau que j’entends ;
Ce n’est pas moi qui écris,
C’est la plume qui fredonne ;
Ce n’est pas moi qui supplie
C’est la conscience qui résonne ;
Ce n’est pas moi qui prie,
Devant la Terre en transe.

ppppppp

ppppppp

L'épaisseur du Vide © 2012-2016 Textes protégés, reproduction interdite.