Solitude torrentielle

b

Manteau protecteur
contre l’extérieur
dictateur.

La solitude est un besoin,
le silence une nécessité
ou quand le noir est lumière.

Ô solitude mon venin
ce doux sentiment
de caresser du velours.

xxxxxxxxxx

xxxxxxxxxx


xxxxxxxxxx

xxxxxx

Les brumes de silence
sont la coke
des solitaires vertébrés

qui ne trouvent l’espérance
que dans la coque
du moment célébré

quand l’esprit n’est plus
qu’errance,
souffle à peine retenu.

xxxxxxxxxx


xxxxxxxxxx

xxxxxxxxxx

xxxxxxxxxx

Torrent d’incertitudes
vaut mieux que certitudes
pour recevoir les aléas.

xxxxxx

xxxxxx


xxxxxx

xxxxxx

Face au grain de riz
Seule nourriture nécessaire
Le reste est en option.

xxxxxx

xxxxxx


xxxxxx

xxxxxx

La nuit, comme une forteresse
La nuit comme une solitude
Remparts aux bruit intempestifs
Du monde des humains

Ouf, se dit le Solitaire
La nuit est ma terre
Où respirer le vide et le rien
Devient vital.

xxxxxx

xxxxxx


 

 

Va vers toi !
Souffle le sage,
Souffre de ne plus souffrir
Et reçoit le sourire.

Va vers toi !
Résonne le souvenir,
Ôse l’absolu passionnel
De l’errance choisie.

xxxxxx

xxxxxx



xxxxxx

xxxxxx

Seul face à un dilemme :
tailler cette baguette
pour en faire un calame
ou s’en servir pour manger.

Dans les deux cas,
Respirer.

xxxxxx

xxxxxx


xxxxxx

xxxxxx

L’ivresse de solitude
À la rencontre du grain pressé,
Combiner les deux
et ne répondre plus de rien.

xxxxxx

xxxxxx


v

v

Ô Solitude !
je te chérie
pour ton aptitude
à offrir un exil
libérateur.a peur à la chaleur d’un rayon,
fugace co

xxxxxxlporteur le temps d’une heure.


Solitude torrentielle © 2016
Textes protégés, reproduction interdite.