Corpus Crystallinus

1000

1000

Corpus crispant
de l’ego fixateur
qui fait le paon
à heure fixe.

Corpus cristal,
pour l’être et l’autrui
fruit du minéral sidéral
le corps est circuit.

1000

1000


1000

1000

Les mots écrivent ce qu’ils veulent
Assouvis par la solitude
Qui trempe sa folie veule
Dans une laïque béatitude.

1000

1000


1000

1000

Le corps est l’esprit de l’inquiétude
Aux mystères confinés de la puissance rêvée.
Mais le sang démêlé devient et meurt
Sans artifices.

1000

1000


1000

1000

Peu importe le corps,
La lumière de l’âme régit
Ce qui le demande.

1000

1000


1000

1000

L’énergie de la vérité
transcende la mauvaise volonté.
Et le plus fort des silences
va retrouver la sérénité,
celle du petit matin.

1000

1000


1000

1000

Des trous pour respirer
Des trous pour crier
Des routes pour démarcher
Des détours pour s’arracher.

1000

1000


1000

1000

Cortex subtil
Corpus reptile
Ou inversement ?

1000

1000


1000

1000

Débris de mots débridés
Des corps décortiqués
Cartilage de l’âge
Trop anthropophage.

1000

1000


1000

1000

Le flux cristallin
N’innerve qu’en silence,
Sa transparence est invisible
Pour les corps de conduite égocentrique.

1000

1000


1000

1000

Encore des corps
Encordés
Dans des décors
Coordonnés.

1000

1000


1000

1000

Si drus les rêves blancs
Si rudes les encorbellements ;
La chevauchée, imbue d’elle-même,
Qualifie le totem aux seins noirs
De dérisoire.

1000

1000


1000

1000

Corridor
Entre le néant et le néon
Le corps en vie fonce.
Modèle de Renaissance
Où un est un.

Entre deux trépanations,
Seul l’écorché image l’abstrait
Qui se fond dans la nature.

1000

1000


1000

1000

Corpus de mer
Caché dans le sable de l’aber
Demeure vivant
Tant que le tam-tam retentit.

1000

1000


1000

1000

À l’angle de la création
Le point de vue humain
Provoque la Terre.
Mais sous le fossé d’intentions
Le choc dégénère.

1000

1000


1000

1000

Narcisse obligatoire
Fermentation
Occupée à se préoccuper
D’incantation
D’un quant-à-soi.
Les pulls n’ont jamais
Les manches assez longues
Face au charisme.

1000

1000


1000

1000

Coloration de l’image
Déshumanisation,
Aux frontières du collectif
La route est nue.

1000

1000


1000

1000

Mystère décoratif,
Support enveloppeur
Outil et image
Créateur et voyeur
Acteur et subisseur.
Sous contrôle neuronal
S’animent les sens du végétatif ;
Jeu et mystère des intellects
Empire de la conscience
Met le corps en tout état de secte.

1000

1000


1000

1000

Corpus errant
Esprit du détour mental
Qui ne suit ni ne précède.
Derrière la dune,
Seul, désœuvré peut-être
Son sentiment cherche
La couleur.
Mais il n’est que parole
Du Moi.

1000

1000


1000

1000

Chambre, repos du corps
Cimetière, repos de l’âme.
Inversons la tendance
Pour que la quête
Réchauffe ses errances
Au soleil de la terrasse.

1000

1000


1000

1000

Tout corps plongé en elle
repousse le désir au bord
de l’Odyssée.
La septième lettre
écrit le chaos christique
Le long de la masse blanche
qui branle d’amour
de tout son être.

1000

1000


1000

1000

Tout passage sait
que l’esprit est le plus fort.
Cendres blanches
comme la rose du dimanche.
Que le souffle dirigé du vent
creuse encore longtemps
tes rides kamikazes.

1000

1000


1000

1000

L’appel du large
N’offre qu’étroite décision
Pour le poète
Qui pressent l’effritement.

1000

1000


1000

1000

La rencontre rejette toute fluidité des mots.
Question de temps qui sous-tend
L’évolution de l’impermanence.
Morceaux d’espaces férus de mélancolie
Qui se passionnent pour la main tendue,
La même qui tresse la corde.

1000

1000


1000

1000

Un corps n’est rien
S’il n’a pas choisi un jour
De se désorienter,
De rendre au mystère
Sa vocation utilitaire,
Et au destin
Sa dérision du lendemain.

1000

1000


1000

1000

Confronté à autrui
C’est avec toi que tu flirtes.
À l’affût de moindre bruit
Tout cri te heurte.
Pour que pousse le fruit
Laisse donc passer la meute.

1000

1000


1000

1000

Saut d’homme

Ramages occidentaux
Pour qui le corps est une cellule
Dont on ne s’évade pas.
Vous ne quittez votre pénitence
Qu’aux portes du néant
Sans avoir rencontré
Ni l’aiguë ni la fadeur.
So dommage.

1000

1000


1000

1000

La vérité du corps nu
Rend l’humanité
Universelle.

1000

1000

1000

Corpus Crystallinus © 2006
Textes protégés, reproduction interdite.