Ère désablée

1966

1966

Je sais que le désert m’attend
Car mes grains de peau
Sont comme des briques ensablées.

1966

1966

1966

1966

De poussière en gouttes,
Le mouvement du souvenir
Choisit la vague
Qui vient à sa rencontre.
La confiance devient incontournable
En rentrant au port.

1966

1966

1966

1966

 

Des files de défis
Des deals de fidélité,
Le chat file à l’Anglaise
Car il a tout compris.

1966

19661966

1966

19661966

Des dévots
Pleins de dévotion
Pour leur vie vile,
Votent comme des veaux.
Vapeur sur la ville.

1966

1966

19661966196619661966

19661966

Le cortex aime la zizanie
Qui sème tant de dénis ;
Devant le bout du bout,
Gagner une résurrection
En poudre insoluble.

1966

1966

1966

1966

1966

Sur ce pont Mirabeau
Soudain
Celan.
L’émotion gouverne
Sans questions.
Les cris de l’écrit
Ne s’entendent
Qu’au repos.
Arrêt de l’imbus.

1966

1966

1966

1966

1966

Anthropomorphisme
En quête de supériorité.
Se rassurer.
Mais la nuit limpide
Permet de s’asseoir
Sur son cul,
Seul destin de l’intrépide.

1966

1966

1966

1966

1966

Assoiffée de silence,
La sandale du sage soulève
Des particules individuelles
Qui transforment
Le mal volontaire
En acceptation.

1966

1966

19661966

1966

Désabler la pensée
Vouée au sacrifice
De la limite ;
Loué soit le vortex
Nourri de bulles
Qui savent ce que rêver
À la pleine lune
Veut vraiment dire.
Rien.

1966

1966

1966

1966

Dans les starting-blocks
Il n’y a ni début ni fin,
Ni endroit, ni envers.

1966

1966

1966

1966

Au détour du néant,
Ma mémoire prend la forme
Du bambou.

1966

1966.

Ère désablée © 2006
Textes protégés, reproduction interdite.